Collaboration avec l’éditeur VRIN

De l'âme, Aristote, Traduction de Jules Tricot, Vrin, 2002

Flux  Rouge – Blanc (huile sur bois, 160 x 120 cm, 2009) de Nathalie Léonard est l’illustration de la nouvelle édition du livre De l’âme d’Aristote

Traduction et notes par J. Tricot. Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques – Poche », 1995. 264 p., 11 × 18 cm. ISBN : 978-2-7116-2046-3

Le Traité de l’Ame est l’un des ouvrages majeurs d’Aristote, et il est demeuré le fondement de toute psychologie, ancienne ou moderne. On y apprend ce qu’est la sensation, la perception et la contemplation, et tant d’autres choses. C’est aussi bien un ouvrage de physique : l’âme est l’empire du vivant au sein de la nature, elle est la forme du corps, quatre fois principe : de nutrition, de sensation, de locomotion, d’intellection. Un chef d’œuvre, si le mot a un sens en philosophie, que la traduction de Jules Tricot rend dans une langue accessible.
Originaire de Stagire, de 46 ans plus jeune que Platon, Aristote vint à Athènes à l’age de 17 ans et séjourna vingt ans dans l’entourage de Platon, ayant ainsi l’occasion d’acquérir une grande connaissance de la philosophie du maître.

Une boule magnétique dans le catalogue de la Biennale armoricaine d’art vivant contemporain 2003

Le regard des autres, catalogue de la Biennale armoricaine d’art vivant contemporain 2003

Le regard des autres

Boule magnétique (huile sur bois, 100 x 100 cm, 2003) de Nathalie Léonard figure en page 91 du catalogue de la Biennale armoricaine d’art vivant contemporain 2003.
Texte de présentation :
« J’aborde mon travail comme une recherche fondamentale issue de ma relation au monde vivant ; le langage et la substance que j’élabore par mon processus picturale, sont des réponses provisoires à ces questions existentielles.
Comment la vie, née du Chaos, tire-t-elle ses éléments, les assemble en une multitude d’organismes complexes avec la fascinante intention de donner à chaque chose son potentiel d’existence. Envisager de comprendre cette création là, dépasse nos facultés d’assimilation. C’est à ce niveau de connaissance et de conscience intuitive que se situe ma recherche ; je tire sur les fils qui m’intéressent et le mécanisme de la créativité m’apporte des indices. Progressivement, dans mon travail, une figure a pris corps et elle est devenue une base d’investigation qui synthétiserait le onde vivant ; principe de gravité, système des échanges, mouvements vibratoires et électromagnétiques. Pour autant, ma peinture ne prétend pas être démonstrative, elle fait état d’une exploration personnelle de notre univers, et communique avant tout de façon émotive.
L’émotion a le don d’activer la conscience et donc de générer une vision nouvelle. »