Exposition collective à la galerie Net Plus à Rennes

Nathalie Léonard expose dans le cadre d’une exposition collective à la Galerie Net Plus à Rennes.

Première exposition collective pour les 25 ans de Net PlusIMG_5044

Net Plus a 25 ans, âge adulte émergent.C’est pour rendre hommage à tous ceux qui nous ont aidés à grandir, à nous rendre meilleurs, plus à l’écoute, plus impliqués, plus resectueux, que nous avons invité 25 artistes au sein de notre galerie.
Eux aussi nous ont poussés et nous poussent encore à lever la tête, à nous dépasser.Notre démarche à l’égard de l’art contemporain n’est pas nouvelle. Elle s’appuie sur notre conviction que les artistes nous prêtent leurs yeux pour regarder le monde.
Cette expérience de la singularité du regard de l’artiste, nous pouvons aisément la transposer dans notre pratique personnelle et professionnelle. L’attention portée à une oeuvre d’art avec laquelle nous vivons tous les jours est de la même nature que celle que nous portons aux tiers ; elle sollicite la même bienveillance, les mêmes questionnements, les mêmes abandons de préjugés. Et ce rapport quotidien à l’altérité est source d’accomplissement, parfois d’émotion et de plaisir ; c’est le sens de la galerie Net Plus.
C’est aussi croyons-nous, la qualité de toute oeuvre d’art.

Bruno Coeurdray et Pierre Moussion

Galerie Net plus

Circuit des chapelles / Plestin les Grêves

IMG_5061Atomes, planètes, cartes du ciel forment le corpus de l’œuvre de Nathalie Léonard depuis de nombreuses années. Du mercredi 15 juillet au samedi 15 août 2015, de 14h30 à 18h30, l’artiste plasticienne expose à la chapelle Saint-Sébastien à Plestin-les-Grèves.

L’Hirondelle à la galerie Mica

L’HIRONDELLE (Huile sur toile, 120 x 160 cm, 2013) sera visible à la galerie Mica à St Grégoire dans le cadre de l’exposition Peindre#2 du 21 mars au 23 avril.

Le vernissage, en présence de l’artiste, aura lieu le samedi 22 mars à 19 h.

Hirondelle, huile sur bois, 120 x 160 cm, 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Site de l’exposition

 

Une image du vernissage :

Gal Mica vernissage1

 

Exposition de Nathalie Léonard à la galerie Le Rayon vert, Nantes

Nathalie Léonard expose ses Pictsatellites à la Galerie Le Rayon vert à Nantes dans le cadre de l'exposition collective "Le Petit Marché de l'Art... de nos 21 ans" du 16 novembre 2013 au 5 janvier 2014.
Deux soirées seront organisées, avec visite commentée à 19 h et nocturne jusqu'à 21h, les vendredi 29 novembre et vendredi 13 décembre.
Site de l'exposition

De gauche à droite : Florence Gilbert (directrice de la galerie Le Rayon vert), Jean Louis Jossic (adjoint à la culture et chanteur de Tri Yann) et Nathalie Léonard.

A propos des Pictsatellites

Un Pictsatellite est la représentation picturale en vue de dessus d'une zone choisie sur la palette de peinture. Cette série m'est inspirée des vues prises par les satellites placés en orbite autour de la Terre.
La palette, outil de médiation entre le peintre et le tableau, porte la matière et n'apparaît alors que comme l'antichambre du tableau.
Ce travail est né lorsque j'ai aperçu l'importance de l'objet, stimulée par le plaisir visuel qu'il provoque et concernée par la genèse qu'il porte en lui.
Peinture informelle, néanmoins porteuse de traces multiples, propre à la mise en oeuvre du tableau. La palette reconsidérée comme le lieu visible d'une mémoire initiale et secrète, confuse car multitemporelle, de mon processus de travail.
Conjointement à cette réflexion, la notion de vue satellitaire s'est imposée dans une nécessité de considérer mon travail avec recul, à distance de l'objet dans un spectre élargi.
Dans le vocabulaire des sciences aérospatiale l'image satellitaire est appelée scène.
Chaque Pictsatellite est une scène où se jouent mes thèmes et recherches récurrents : Éléments, Centres, Trous Noirs, Flux, Rouge/Blanc, Microcosme et Macrocosme.
À partir d'une cartographie imaginée et poétique, les Pictsatellites sont autant de terrains d'exploration que de découverte, lesquelles existent dans mon univers pictural.
J'observe ma peinture comme un organisme vivant qui évolue à partir de la substance même dont elle est faite.

Nathalie Léonard

Pictsatellites

Quelques images du vernissage qui a eu lieu le samedi 16 novembre :

Nouvelle carte de visite

Carte de visitedesign : Jean-René Guénée

Nouveau site

Bienvenue sur le nouveau site de Nathalie Léonard, peintre plasticienne.

Site réalisé par Jean-René Guénée
Photos : Jean-René Guénée & Eric Collet

Exposition de Nathalie Léonard à la galerie Passage 25, Rennes

Dans le cadre de la Biennale off à Rennes, Nathalie Léonard expose à la galerie Passage 25 du 29 novembre au 6 décembre 2012.
Site de l’exposition

expo Passage25-nov2012

Quelques images du vernissage qui a eu lieu le 30 novembre :

Vernissage Nat Leonard nov2012

 

Exposition de Nathalie Léonard à la galerie Pictura, Cesson-Sévigné

Nathalie Léonard participe à l'exposition collective "Figure toi" qui a lieu du 10 janvier au 11 février 2012 à la galerie Pictura (Cesson-Sévigné). Des visites commentées pour tous sont proposées le samedi à 11h.
Christian Anneix, Conseiller Régional et adjoint au Maire chargé de la culture et du patrimoine a inauguré l'exposition le mardi 10 janvier en présence des quatre artistes, Nathalie Léonard, Ricardo Cavallo, Pierre Collin & Denis Orhant et de Loïc Bodin, le directeur de la Galerie Pictura et du pôle arts plastiques de Cesson-Sévigné.

Troisième collaboration avec l’éditeur VRIN

De l'existence à l'existant d'Emmanuel Levinas, VRIN

Oeil  (huile sur bois, 30 x 30 cm, 2010) de Nathalie Léonard est l’illustration de la nouvelle édition du livre De l’existence à l’existant d’Emmanuel Levinas chez VRIN

Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques – Poche », 1993. 152 p., 11 × 18 cm. ISBN : 978-2-7116-0489-0

Une négation qui se voudrait absolue, mais niant tout existant -jusqu’à l’existant qu’est la pensée effectuant cette négation même- ne saurait mettre fin à la « scène » toujours ouverte de l’être, de l’être au sens verbal : être anonyme qu’aucun étant ne revendique, être sans étants ou sans êtres, incessant « remue-ménage », pour reprendre une métaphore de Blanchot, il y a impersonnel, comme un « il pleut » ou un « il fait nuit ». Terme foncièrement distinct du « es gibt » heideggerien. Il n’a jamais été ni la traduction, ni la démarque de l’expression allemande et de ses connotations d’abondance et de générosité. Il faut insister sur le caractère désertique, obsédant et horrible de l’il y a et sur son inhumaine neutralité.
Neutralité à surmonter. Sortie recherchée dans ce livre. Analyses esquissées dans ce sens de la relation à autrui.

Nouvelle collaboration avec l’éditeur VRIN

en découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger d'Emmanuel Levinas, VRIN

Flux  (huile sur bois, 100 x 120 cm, 2008) de Nathalie Léonard est l’illustration de la nouvelle édition du livre En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger d’Emmanuel Levinas chez VRIN

Nouvelle édition suivie d’Essais nouveaux. Vrin, « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie – Poche », 2001. 336 p., 11 × 17,5 cm. ISBN : 978-2-7116-1491-2

Les études réunies dans cet ouvrage reflètent la première rencontre avec la phénoménologie et attestent les espoirs des premières découvertes. Quelques textes récents sur Husserl ont été ajoutés à la présente édition, sous le titre de « commentaires nouveaux ». Elles traduisent une réflexion retournant fréquemment à l’œuvre husserlienne pour y chercher des inspirations, même quand elle s’en sépare. Les notions husserliennes d’intentionnalité et de sensibilité nous semblent offrir des possibilités encore irréalisées.
Ces recherches ont enfin rendu possibles quelques autres essais sur lesquels se termine le présent recueil. Ce sont les « Raccourcis », projets de cheminements plus sinueux.